• IFAC

Accueil  Publications  L’éthique clinique et les normes

Ouvrage collectif

L’éthique clinique et les normes

Sous la direction de Jean-Marie Lardic et Guillaume Durand

jeudi 14 mars 2013, Guillaume Durand , Jean-Marie Lardic


Dans la médecine occidentale, le patient fut longtemps conçu comme un enfant à sauver, incapable ne serait-ce que de recevoir, de manière raisonnable, le savoir du médecin. Après la Seconde Guerre mondiale, la découverte des expérimentations scientifiques intolérables menées sur l’homme, mais aussi le vent libéral et individualiste des années 60, le progrès des biotechnologies, la démocratisation des savoirs ont favorisé l’émergence d’un nouveau paradigme et d’une nouvelle discipline : la bioéthique. Aujourd’hui, le médecin ne peut plus imposer son traitement au malade, il doit, par respect de son autonomie, chercher à obtenir son consentement libre et éclairé. Les normes médicales et sociales, autrefois coercitives, voire transcendantes, sont aujourd’hui discutées et interrogées au regard des préférences et des valeurs individuelles. Des comités d’éthique pluridisciplinaires sont chargés de prendre en compte les demandes des patients qui ne cessent de bousculer les normes établies.

Avec la contribution de Denis Berthiau, Philippe Bizouarn, Gérard Dabouis, Guillaume Durand, Anne Fagot-Largeault, Véronique Fournier, Jean-Marie Lardic, Philippe Tessier, Michel Videcoq et Frédéric Worms

P.-S.

Format 13 x 19 cm. 180 pages.
ISBN 978-2-35018-330-5 Prix de vente public : 20 €.
Éditions Nouvelles Cécile Defaut.




À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie.
Philosophie allemande moderne et
contemporaine.


Courrier électronique : Jean-Marie Lardic


Du même auteur :
  • Hegel : Comment le sens commun comprend la philosophie

    suivi de : « La Contingence chez Hegel » par J.-M. Lardic

    Jean-Marie Lardic
    Le philosophe étonne déjà l’homme du commun en voulant comprendre le monde dans lequel celui-ci se contente de vivre. Mais lorsqu’il prétend, de plus, qu’il faut tout comprendre ou comprendre le Tout, l’entendement borné est scandalisé et ne peut supporter cette prétention. C’est sur la contingence que porte le débat, ce qui est mais qui pourrait aussi bien ne pas être, et ne sera bientôt plus. Où est la raison d’être de ce qui n’est que raison ? Les exemples peuvent être facilement évoqués pour se (...)

1 | 2 | 3


À propos de l'auteur :

Guillaume Durand

Voir en ligne : EthicA

Maître de Conférences Habilité à Diriger des Recherches
Bioéthique, éthique médicale et clinique, philosophie de la médecine.


Courrier électronique : Guillaume Durand


Du même auteur :
  • A. N. Whitehead

    L’immortalité

    Préface de Guillaume Durand

    Guillaume Durand
    L’immortalité fait-elle partie de notre monde ? L’homme en particulier, n’est-il qu’un être matériel et périssable, ou a-t-il quelque chose en lui qui échapperait à cette condition ? Qu’est-ce que l’immortalité ? L’Immortalité (1941) figure comme la tentative ultime du philosophe anglais Alfred North Whitehead (1861-1947) pour penser ensemble ce que traditionnellement nous séparons : le devenir et la permanence, la mortalité et l’immortalité, le monde et Dieu. L’homme à la recherche de l’immortalité (...)

  • Des événements aux objets

    La méthode de l’abstraction extensive chez Alfred North Whitehead

    Guillaume Durand
    De 1905 à 1922, l’œuvre d’Alfred North Whitehead a pour but principal de montrer comment les objets fondamentaux de la géométrie, de la physique et de la perception sont abstraits à partir d’un seul et unique type d’entités définies comme les éléments ultimes de l’expérience sensible : les événements. Whitehead développe dès lors la méthode de l’abstraction extensive : un modèle logico-mathématique qui permet d’exprimer ces différents types d’objets dans les termes mêmes des événements et de leurs relations. (...)

  • A. N. Whitehead

    Mode de pensée

    Introduction de G. Durand

    Guillaume Durand
    Modes de pensée (1938) est le point final de l’évolution de Whitehead vers la métaphysique. La philosophie del’organisme élaborée d’abord dans Science and the Modern World (1925) puis la cosmologie monumentale de Process and Reality (1929) répondaient à la volonté de replacer la philosophie de la nature dans un système métaphysique où rien n’est substance et tout est événement. Le présent ouvrag comprend, réparties en quatre parties, neuf conférences données aux États-Unis devant un public étudiant. On y (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons